Rechercher
Panier Panier

Votre article a bien été ajouté au panier

Temps de lecture
5 minutes

Crise sanitaire et nouveaux comportements d’achat : les commerces doivent s’adapter !

La crise sanitaire liée au Coronavirus a induit de nouvelles attentes chez les consommateurs qui viennent modifier durablement leurs comportements d’achat. Pour répondre à ses nouveaux besoins et continuer à vendre, les commerces vont devoir s’adapter.
Quels sont ces nouveaux modes de consommation? Que faire pour pouvoir y répondre ? Nous avons fait le point pour vous.

Crise sanitaire et nouveaux comportements d’achat : les commerces doivent s’adapter !

De nouvelles habitudes d’achat nées de la crise sanitaire

La menace du Coronavirus est dans tous les esprits. Face à la peur d’une possible contamination en faisant leur shopping, les consommateurs ont revu leur habitudes d’achats pour limiter les déplacements, leur présence dans les files d’attente ainsi que les contacts physiques ou avec des surfaces contaminées.

Le click and collect, le drive et la livraison à domicile sont devenus un réflexe chez beaucoup d’entre eux. Un changement qui semble s’instaurer dans la durée. En effet, selon l’étude Global Consumer Insights du cabinet PwC, plus d’un tiers des consommateurs (35 %) achètent désormais des aliments en ligne, et 86 % d’entre eux prévoient de continuer après la suppression des mesures de distanciation sociale. Par ailleurs, si le recours au click and collect a explosé pendant le premier confinement, 80% des Français ayant utilisé ce système prévoient de réitérer l’expérience. (1) 

 

Autre conséquence du confinement et de la crise du coronavirus, nombreux sont les Français qui ont revu leurs priorités en termes de consommation. Ces derniers souhaitent désormais consommer local, plus responsable et privilégier les produits d’occasion qui favorisent l’économie circulaire. Ainsi, 66% des Français déclarent par exemple renoncer à l’achat d’un produit technologique tendance et dernier cri au profit d’un produit d’occasion plus ancien mais moins cher.(2) 

 

 

S’adapter, se réinventer, se digitaliser : une nécessité pour les commerces

Alors que les achats en ligne se développent en plein contexte Covid-19, les commerces appréhendent désormais Internet comme une opportunité et réalisent pleinement les enjeux d’une présence en ligne. En effet, au 1er trimestre 2020, 50% des commerçants capables de combiner vente physique et vente en ligne ont pu maintenir leur chiffre d’affaires.(3)

Mais alors que la crise sanitaire sévit toujours, la transformation numérique des commerces revêt aujourd’hui un caractère d’urgence pour leur survie. Les commerces doivent donc s’adapter et se digitaliser rapidement pour tirer leur épingle du jeu.

 

Cela passe notamment par la mise en place d’un site e-commerce relié à la solution de caisse ou encore la mise en place d’une solution de click and collect. De nombreux commerçants ont engagé des actions en ce sens afin de sauver une partie de leur chiffre d’affaires et ne pas être contraint de fermer définitivement leur porte.

 

Mais au-delà de la digitalisation, les commerces doivent aussi se réinventer pour répondre aux nouvelles façons de consommer des Français.
D’un point de vue qualitatif et éthique, les commerçants ont fort intérêt à intégrer et privilégier les produits bio et les circuits courts dans leur offre de produits alimentaires.

Côté textiles et biens d’équipement, une attitude éco-responsable sera particulièrement appréciée par les consommateurs. La tendance est désormais à l’achat de produits durables qu’il sera possible de revendre ultérieurement ou de produits éco-concus.
Une attention toute particulière doit également être portée par les commerçants sur la réduction des emballages plastiques.

 

 

Priorité à la digitalisation des commerces : des aides nationales et régionales

Du côté des instances publiques, la priorité est aussi à la digitalisation des commerces. Les initiatives et les aides se multiplient tant au niveau national que régional.

 

A ce titre, l’Etat mobilise 120 millions d’euros pour la numérisation des petits commerces, et propose notamment un chèque numérique de 500 € aux entreprises fermées administrativement souhaitant s’équiper en solutions de vente à distance.

 

En parallèle, certaines Régions apportent aussi leur soutien financier. Par exemple la CCI Paris Ile-de-France propose également aux commerces un chèque numérique pouvant atteindre 1500€ pour couvrir les coûts liés à l’acquisition d’un logiciel de gestion, à la publicité en ligne, à la création de site internet, à l’acquisition d’une application de fidélisation, à la vente en ligne : click and collect, marketplace…
N’hésitez pas à vous rapprocher de la CCI de votre région pour connaître les aides auxquelles votre commerce est éligible !

 

La crise sanitaire a conduit les consommateurs à mener une réflexion sur leur façon de consommer, et ces derniers ont modifié leur comportement d’achat en conséquence. Achats en ligne, possibilité de retrait en magasin, achats éco-responsables…les commerçants doivent s’adapter rapidement pour sortir grandis de cette période difficile.

 

(1) Sondage Ipsos/Google Mai 2020
(2) Etude Opinion Way pour Rakuten (2020)
(3) Adyen Etude Retail, novembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

Sélectionnez votre étoile.

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Derniers articles

|

Les plus lus

Left
Right
Left
Right

Nous recherchons votre contenu...

Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 35 ans

560 000
clients

Happy At Work