Rechercher
Panier Panier

Votre article a bien été ajouté au panier

Temps de lecture
8 minutes

À quoi sert la comptabilité analytique ?

En fournissant des mesures neutres et objectives sur la situation financière de l’entreprise, la comptabilité analytique s’affiche comme un outil indispensable de pilotage d’entreprise. Faisons le point sur cette discipline comptable.

A quoi sert la comptabilité analytique

La comptabilité analytique, qu’est-ce que c’est ?

La comptabilité analytique est un prolongement de la comptabilité générale. Comme son nom l’indique, cette discipline consiste à analyser les données comptables de base obtenues dans le bilan ou le compte de résultat.

 

On peut dire que la comptabilité générale apporte une vision globale de la situation financière de l’entreprise au moment du bilan. C’est une photographie de la santé économique alors que la comptabilité analytique donne une vision plus détaillée de l’activité, en calculant les coûts (coûts partiels ou coûts complets) par poste, par service, par produit….

 

Les données brutes de la comptabilité générale sont retraitées afin d’être analysées, en comptabilité analytique. À cet effet, cette dernière peut être considérée comme un indispensable outil de pilotage d’entreprise.

 

Grâce à la comptabilité analytique, le dirigeant disposera d’informations lui permettant, à postériori (contrairement à d’autres outils qui permettent un pilotage en temps réel), de prendre des décisions stratégiques afin d’améliorer les performances de l’entreprise ou de savoir quelles marges appliquer sur ses produits pour atteindre son seuil de rentabilité par exemple.

 

Il pourra également mettre en place des éléments prévisionnels basés sur des données quantitatives et objectives. En ce sens, la mise en place d’une comptabilité analytique apparaît indispensable pour toute entreprise souhaitant assurer un contrôle budgétaire strict et précis.

Les différentes méthodes de comptabilité analytique

S’il existe plusieurs méthodes de calcul en comptabilité analytique, le principe demeure toujours le même puisqu’il s’agit de ventiler les charges de la comptabilité générale pour obtenir un coût afférant à un produit. On utilisera généralement les comptes de charges (classe 6) et les comptes de produits (classe 7).

 

  • La méthode des coûts complets
    Elle permet de déterminer le coût de revient d’un produit à partir du cumul des charges directes et indirectes à relier à chaque produit. Concernant les charges indirectes, il sera nécessaire d’imputer à chaque produit un volume de charges pour lui en réattribuer les coûts.
  • La méthode des coûts variables
    C’est la méthode la plus simple pour identifier le seuil de rentabilité de l’entreprise, c’est-à-dire le niveau d’activité à partir duquel l’entreprise commence à gagner de l’argent. Ici, ne sont prises en compte que les dépenses directement liées à la production de l’entreprise. Les coûts diminuent si l’activité baisse et augmentent lorsque l’activité s’accroît.
  • La méthode des coûts directs
    Cette méthode prend en compte autant les coûts variables que fixes (qui restent les mêmes quel que soit le niveau d’activité de l’entreprise), dans le but de calculer avec plus de précision le seuil de rentabilité de l’entreprise.
  • La méthode des coûts standards
    On l’appelle également « méthode des coûts pré-établis » dans la mesure où il s’agit de calculer à l’avance les coûts qui devront être supportés par l’entreprise. On compare ensuite ces prévisions aux charges réellement engagées, ce qui permet de calculer les marges, d’établir les budgets prévisionnels.
  • La méthode ABC (Activity Based Costs)
    Cette méthode plus récente apparue aux Etats-Unis dans les années 80, prend le contre-pied des autres méthodes de comptabilité analytique. Il s’agit ici de calculer les coûts de revient par activité et non plus par produit. Il est donc nécessaire de découper l’entreprise par activité, elle-même composée de différentes tâches, puis de faire le lien entre les charges et les activités et enfin de relier les activités aux produits, en appliquant un ratio appelé inducteur de coûts. Cette manière permet de calculer précisément le coût de revient d’un produit et de détecter d’éventuels points d’économie. Elle est cependant plus difficile à mettre en place, notamment du fait de l’utilisation d’une unité de mesure arbitraire (le fameux inducteur de coûts).

Pourquoi la comptabilité analytique est-elle un atout pour une entreprise ?

Quelle que soit la méthode utilisée, la comptabilité analytique offre au dirigeant de formidables indicateurs de performance, lui permettant d’agir de manière significative sur toutes les étapes de production pour maintenir la bonne santé de son entreprise et optimiser sa rentabilité.

 

Il n’y rien d’étonnant à ce qu’on appelle également parfois, la comptabilité analytique « comptabilité de gestion ». En offrant la possibilité de tracer les coûts, la comptabilité analytique offre une vision budgétaire dont l’interprétation donnera lieu à des décisions stratégiques, avec un réel ancrage dans la réalité de l’entreprise.

 

Malgré cela, bon nombre d’entreprises rechignent à mettre en place une comptabilité analytique, estimant que le coût de revient d’une telle organisation serait supérieur aux bénéfices apportés.

 

La mise en place d’une comptabilité analytique doit s’inscrire dans une démarche de projet impliquant tous les acteurs de l’entreprise.

 

Il sera donc nécessaire, au préalable de :

  • définir la méthode de comptabilité analytique utilisée et les axes analytiques retenus,
  • mettre en place un groupe de pilotage actif s’assurant notamment des bonnes conditions de récupération et d’exploitation des données obtenues

 

 

Le choix de l’outil comptable est évidemment déterminant. Le logiciel de comptabilité devra pouvoir ventiler les charges entre les axes analytiques définis, et tout comme le logiciel en ligne EBP Compta PRO, restituer les données sous forme de tableau pour en faciliter leur interprétation.

Vous pouvez noter cet article !

Sélectionnez votre étoile.

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 3

Derniers articles

|

Les plus lus

Left
Right

Contrôle de paie : un poste crucial pour les entreprises

La réglementation sociale est sujette à des évolutions permanentes, appuyez-vous des différents outils pour assurer le contrôle de la paie.

Lire l'article
Left
Right

Nous recherchons votre contenu...

Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 35 ans

560 000
clients

Happy At Work