Rechercher

Votre article a bien été ajouté au panier

Temps de lecture
6 minutes

Bien maîtriser sa trésorerie, un enjeu décisif pour toutes les PME

Piloter sa trésorerie s’avère bien plus complexe qu’une simple tenue de comptes. C’est sur cet exercice d’anticipation que repose la bonne santé financière d’une entreprise. Faisons le point sur les bonnes pratiques ensemble.

Bien maîtriser sa trésorerie, l'enjeu pour les PME

Gestion de trésorerie, entre présent et anticipation !

D’un point de vue strictement comptable, la trésorerie est la différence entre les encaissements et les décaissements. Cela permet d’obtenir une idée de l’ensemble des sommes mobilisables à court terme.
On peut aussi comparer la trésorerie à une réserve de liquidité disponible pour l’entreprise, afin de faire face aux frais fixes et variables. Mais aussi pour les imprévus qui pourraient menacer la viabilité de l’entreprise. Si par exemple un gros client ne paye pas, alors qu’en parallèle les factures fournisseurs sont débitées, des problèmes de trésorerie peuvent survenir.

 

 

Toutefois, la trésorerie ne doit pas être confondue avec la réserve légale obligatoire pour les SA, SARL et EURL. En effet, ces entreprises doivent affecter chaque année au moins 5% de leurs bénéfices nets (et jusqu’à 10% du capital social) à la réserve légale. Cette dernière fait partie des capitaux propres inscrits au passif du bilan d’une société. À ce titre, elle correspond à une part de patrimoine de la société.

 

 

La gestion de la trésorerie, quant à elle, ne se limite pas à faire une photographie des liquidités de l’entreprise à un instant T. La gestion de trésorerie consiste à anticiper les flux financiers de l’entreprise afin d’optimiser l’équilibre financier de la structure. L’objectif est de prévoir, sur une période donnée, le niveau d’activité, les recettes, les dépenses et les imprévus. Le tout dans l’objectif de garder le contrôle sur sa gestion d’entreprise et pouvoir prendre les bonnes décisions vis-à-vis de l’état de santé prévisionnel de son l’entreprise.

La trésorerie, une mauvaise gestion souvent fatale ?

En octobre 2022, le nombre de défaillances d’entreprises est en hausse de 27% par rapport à 2021(nombre d’entreprises ne pouvant plus faire face à ses obligations financières et devant procéder au dépôt de bilan). Cependant, depuis 2019, le nombre de défaillances d’entreprise est en recul de 35%. Un chiffre qui pourrait sembler encourageant, si fin octobre 2022, le cumul sur 12 mois du nombre de défaillances ne s’élevait pas à 37 264 entreprises (Banque de France, Eurosystème). Aussi, la corrélation entre mauvaise gestion et défaillance peut être difficile à mesurer mais elle reste parmi le top 3 des erreurs commises.

 

 

En effet , si l’entreprise ne bénéficie pas en permanence des ressources suffisantes pour faire face à ses engagements financiers (paiements fournisseurs, salaires, frais fixes, charges sociales et fiscales, etc.), elle risque de faire faillite à tout moment.

 

 

La mise en place d’un plan de trésorerie prévisionnelle sur un an, permet à l’entreprise d’anticiper les périodes critiques et d’aller chercher un crédit à court terme auprès de sa banque, lorsqu’elle est encore en capacité de négocier. Le plan de trésorerie ne doit cependant pas rester figé: un suivi régulier et sur le long terme s’avère nécessaire afin d’anticiper chaque virage. On parle à juste titre de « piloter sa trésorerie », un exercice qui nécessite de garder les yeux rivés sur le tableau de bord et ses indicateurs clés.

Automatisation et analyse approfondie, les clés du succès ?

Lorsque l’on connaît les difficultés financières rencontrées par les entreprises aujourd’hui, il est primordial d’automatiser la comptabilité d’entreprise afin de réduire les étapes chronophages, et se focaliser sur l’analyse et l’optimisation de cette dernière.

 

 

De nombreux outils existent pour automatiser les flux d’informations financières. On retrouve notamment les outils d’OCR (reconnaissance optique de caractères) comme Dext par exemple, qui permet d’automatiser la collecte des informations figurant dans les factures émises et reçues pour générer automatiquement les écritures comptables associées. La synchronisation bancaire permet également d’automatiser les flux issus de votre banque pour consulter en temps réel votre solde mais également automatiser l’affectation bancaire ou la comptabilité analytique.

 

 

La facturation électronique, va rebattre les cartes de l’automatisation puisque le format facture-X permettra de récupérer un certain nombre d’informations qui permettront de générer des écritures comptables.

 

 

L’utilisation d’une solution de comptabilité adaptée apporte également la visualisation d’indicateurs importants pour établir une situation de trésorerie. Le logiciel de comptabilité permettra également d’analyser avec précision les dépenses de l’entreprise. Ces indicateurs associés à une analyse détaillée permettent au gestionnaire PME de prendre des décisions en pleine conscience de l’environnement économique de l’entreprise au moment présent, mais également pour agir sur l’avenir.

Optimiser sa trésorerie, un atout pour pérenniser son activité

Pour vous donner un aperçu de comment interpréter vos indicateurs, nous vous proposons d’en décrypter quatre principaux. Une bonne lecture de ces indicateurs vous permet d’ajuster votre conduite en fonction des difficultés de trésorerie pressenties.

 

  • Le BFR (Besoin en Fonds de Roulement) :
    Le besoin en fonds de roulement correspond à la somme nécessaire pour faire fonctionner l’entreprise. Plus précisément, c’est la somme nécessaire pour faire face aux décalages de flux de trésorerie. Pour reprendre l’exemple cité plus haut, elle permet de payer les fournisseurs en attendant le règlement du gros client.

 

Le BFR est calculé en soustrayant les créances clients et les dettes fiscales de la valeur des stocks et des dettes fournisseurs. Il n’est pas une donnée financière obligatoire, c’est en revanche un excellent outil de suivi financier.

 

  • Les créances clients :
    Les créances clients viennent retarder le chiffre d’affaires encaissé, les délais de paiement légaux varient en fonction des conditions générales de vente et viennent créer des trous dans les liquidités d’une entreprise. En effet, le plus souvent les paiements fournisseurs surviennent en amont des créances clients. Il est donc primordial de constituer une réserve en cas de retard important de paiement client pour stabiliser et garder une trésorerie saine.

 

  • Les dettes fournisseurs :
    Une entreprise qui doit faire face à des problèmes de trésorerie peut à son tour mettre à mal la trésorerie de ses fournisseurs en mettant leurs factures en attente. En 2021, l’observatoire des délais de paiement a remonté un retard de paiement moyen de 13,6 jours en plus du délai de paiement prévu. Un chiffre en baisse constante depuis quelques années mais toujours trop important pour les entreprises faiblement rentables. C’est pourquoi il est essentiel d’anticiper les sorties d’argent pour pouvoir négocier avec ses fournisseurs un étalement des paiements, par exemple, et éviter un effet boule de neige.

 

  • La solvabilité des clients :
    Cet indicateur doit être pris en compte dès l’élaboration du devis. S’assurer de la solvabilité de ses clients est le meilleur rempart contre les impayés, d’autant qu’une procédure de recouvrement peut s’avérer longue et coûteuse. Plusieurs actions peuvent être mises en place pour vérifier et étudier la solvabilité d’un client.

Premièrement, il est conseillé de vérifier son immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) sur un site dédié comme Infogreffe ou en demandant le Kbis de l’entreprise.
D’autres sources officielles peuvent vous donner les informations financières d’une entreprise comme le fichier BODACC du gouvernement ou le greffe du Tribunal de commerce. En effet, les entreprises ont l’obligation de déposer leurs comptes annuels auprès du greffe du tribunal de commerce, sauf exception. Portez une attention particulière au taux d’endettement et au ratio du taux de marge brute. Grâce au compte de résultat et bilan, vous pouvez soustraire les dettes de l’entreprise aux actifs.

 

 

Comme nous venons de le voir, la gestion de la trésorerie est indispensable pour optimiser la gestion de sa PME. Un grand nombre d’entreprises ne portent pas assez d’attention sur cette gestion et en paie souvent les conséquences. Le suivi régulier et prévisionnel de sa trésorerie augmente significativement les chances de réussite lors des premières années.
L’utilisation d’un logiciel de comptabilité comme EBP Comptabilité Elite vous apportera toutes les armes pour gérer au mieux votre PME. L’automatisation de la saisie comptable permise par le logiciel permet un gain de temps et une fiabilisation de la comptabilité. Les écritures comptables, mais aussi les encaissements et décaissements sont automatiquement enregistrés et permettent de visualiser sur le moyen terme votre état de trésorerie. Le logiciel permet également un suivi plus régulier et précis grâce à un tableau de bord qui met en avant les principaux indicateurs de santé financière de l’entreprise.
Enfin, la comptabilité analytique permet d’analyser la répartition des postes de charge. Cette analyse comptable poussée depuis votre logiciel de comptabilité vous permet de pouvoir agir et prendre des décisions précises en fonction de l’état de santé pressenti de l’entreprise et de la trésorerie.

 

 

Gérer sa trésorerie c’est essentiel, mais valider sa clôture de fin d’exercice c’est encore mieux ! Découvrez notre checklist sur la clôture comptable et soyez toujours sûre de faire une clôture conforme !

Comment bien clôturer un exercice comptable ?

La clôture annuelle est une étape importante dans la vie comptable d’une entreprise, bien la maîtriser est indispensable ! Découvrez notre checklist des étapes clés pour réussir et gagner du temps dans  votre clôture !

Vous pouvez noter cet article !

Sélectionnez votre étoile.

Note moyenne 3.4 / 5. Nombre de votes : 19

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Articles similaires

Left
Right
Left
Right

Nous recherchons votre contenu...

Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 35 ans
560 000
clients
600
collaborateurs