Logo EBP, A Cegid Company
Rechercher

Votre article a bien été ajouté au panier

Définition

Approvisionnement

Dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, l'approvisionnement est devenu un enjeu majeur pour les entreprises. Mais qu'est-ce que l'approvisionnement exactement ? Et comment optimiser sa stratégie d'approvisionnement ?

Qu'est-ce que l'approvisionnement ?

L’approvisionnement désigne l’ensemble des activités qui consistent à acquérir les biens et services nécessaires au fonctionnement d’une entreprise.

Cela inclut :

  • L’identification des besoins
  • La sélection des fournisseurs
  • La négociation des contrats
  • La prise de commandes
  • Le suivi des livraisons
  • La gestion des stocks
  • Le paiement des factures

L’approvisionnement joue un rôle clé dans la chaîne de valeur de l’entreprise.

 

Il a un impact direct sur :

  • La qualité des produits ou services proposés
  • Les coûts de production
  • Les délais de mise sur le marché
  • La satisfaction des clients

On distingue généralement deux types d’approvisionnement :

 

  1. L’approvisionnement stratégique : il concerne les achats de biens et services critiques pour l’entreprise, qui ont un impact significatif sur sa performance et sa compétitivité. Il fait l’objet d’une réflexion à long terme et implique souvent la mise en place de partenariats avec les fournisseurs clés.
  2. L’approvisionnement opérationnel : il concerne les achats courants, nécessaires au fonctionnement quotidien de l’entreprise. Il vise à assurer la continuité des opérations, tout en maîtrisant les coûts.

Comment optimiser sa stratégie d'approvisionnement ?

Pour optimiser sa stratégie d’approvisionnement, plusieurs leviers peuvent être actionnés :

 

  1. Rationaliser son panel fournisseurs : réduire le nombre de fournisseurs permet de simplifier la gestion des achats, de bénéficier d’économies d’échelle et de développer des relations plus étroites avec les fournisseurs clés.
  2. Segmenter ses achats : tous les achats n’ont pas la même importance stratégique. Il est essentiel de les segmenter en fonction de leur criticité et de leur valeur, pour adapter sa stratégie en conséquence.
  3. Mettre en concurrence ses fournisseurs : faire jouer la concurrence entre fournisseurs permet d’obtenir les meilleurs prix et conditions. Mais attention à ne pas sacrifier la qualité et la fiabilité pour un gain de court terme.
  4. Négocier des contrats gagnant-gagnant : une négociation réussie est une négociation équilibrée, qui profite aux deux parties. Il faut savoir trouver le juste équilibre entre fermeté et flexibilité.
  5. Développer des partenariats : pour les achats stratégiques, la mise en place de partenariats à long terme avec les fournisseurs clés peut être bénéfique. Cela permet de sécuriser les approvisionnements, de bénéficier de l’expertise du fournisseur et de co-innover.
  6. Digitaliser les processus d’achat : la digitalisation des achats (signature électronique, automatisation des commandes, etc.) permet de gagner en efficacité, en rapidité et en traçabilité.
  7. Intégrer les critères RSE : De plus en plus d’entreprises intègrent des critères de responsabilité sociale et environnementale dans leur stratégie d’achat. C’est un moyen de réduire son impact environnemental, de favoriser des pratiques éthiques et de renforcer son image de marque.
  8. Mesurer la performance achat : Mettre en place des indicateurs de performance (qualité, délais, innovation, etc.) permet de suivre l’efficacité de sa stratégie d’achat et d’identifier les axes d’amélioration.

 

L’optimisation de l’approvisionnement est un processus continu, qui nécessite une veille régulière sur les marchés fournisseurs, une adaptation aux évolutions de l’entreprise et une collaboration étroite avec les autres fonctions (production, R&D, marketing, finance, etc.).

Quels sont les différents types d'approvisionnement ?

On peut distinguer plusieurs types d’approvisionnement en fonction de différents critères :

  • Selon la nature des biens et services achetés :

– Approvisionnement en matières premières

– Approvisionnement en composants et sous-ensembles

– Approvisionnement en produits finis

– Approvisionnement en services (prestations intellectuelles, maintenance, etc.)

  • Selon la fréquence et le volume des achats :

– Approvisionnement récurrent (achats réguliers et prévisibles)

– Approvisionnement ponctuel (achats occasionnels ou imprévus)

– Approvisionnement de gros volumes

– Approvisionnement de petits volumes

  • Selon le mode de gestion des stocks :

– Approvisionnement en flux tendu (livraisons fréquentes et stocks minimaux)

– Approvisionnement en flux poussé (constitution de stocks de sécurité)

– Approvisionnement en juste-à-temps (livraisons synchronisées avec la production)

  • Selon le lieu d’approvisionnement :

– Approvisionnement local

– Approvisionnement national

– Approvisionnement international (importations)

  • Selon le nombre de fournisseurs :

– Approvisionnement mono-source (un seul fournisseur)

– Approvisionnement multi-sources (plusieurs fournisseurs pour un même bien ou service)

 

Chaque type d’approvisionnement présente des avantages et des inconvénients, et nécessite une stratégie adaptée. Le choix du type d’approvisionnement dépend de nombreux facteurs : la criticité du bien ou service acheté, les contraintes de coûts et de délais, les risques fournisseurs, la maturité du marché, etc.

En conclusion, l’approvisionnement est une fonction stratégique pour l’entreprise. Bien géré, il contribue à la performance opérationnelle et financière, à la satisfaction des clients et à la pérennité de l’entreprise. Optimiser son approvisionnement, c’est savoir allier vision stratégique et excellence opérationnelle, dans une démarche d’amélioration continue. C’est aussi savoir adapter sa stratégie en fonction du type d’approvisionnement, pour trouver le juste équilibre entre coûts, qualité, délais et risques. Un défi passionnant pour tous les professionnels des achats et de la supply chain !

Sujets associés

Left
Right
Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 40 ans
175 000
entreprises sous abonnement
650
collaborateurs