Rechercher

Votre article a bien été ajouté au panier

Définition

Comptabilité Analytique

S’appuyant sur la comptabilité générale, la comptabilité analytique, comme son nom l’indique, permet d’analyser les données comptables d’une entreprise afin de prendre les bonnes décisions et d’optimiser l’activité et la rentabilité de cette dernière.

Quelle est la différence entre la comptabilité analytique et la comptabilité générale ?

On oppose comptabilité générale et comptabilité analytique car la finalité de ces deux disciplines n’est pas la même. La comptabilité générale consiste en l’enregistrement et la classification des opérations et des flux financiers d’une entreprise.

 

Tandis que la comptabilité analytique s’appuie sur la comptabilité générale pour en analyser les données. Elle apporte des informations essentielles sur les résultats de l’entreprise, en regardant de manière approfondie les coûts de l’entreprise, ou encore les performances d’un service, la rentabilité d’un projet, etc… Ces informations deviennent un véritable outil de pilotage et d’aide à la décision pour l’entreprise.

 

L’autre différence notable entre la comptabilité générale et la comptabilité analytique c’est que la première répond à une obligation légale tandis que la seconde n’est pas obligatoire.

 

Comment faire la comptabilité analytique ?

Les comptes généraux utilisés en comptabilité analytique sont généralement les comptes de charges et produits.

 

La mise en place de la comptabilité analytique engendre la création d’axes ou de plans composés de postes analytiques.

 

Ainsi, lors de la saisie des écritures, pour chaque compte général utilisé en analytique, un ou plusieurs postes sont renseignés manuellement ou automatiquement selon les paramétrages effectués.

 

La comptabilité analytique étudie particulièrement les coûts et la rentabilité d’une entreprise.

Il existe différentes méthodes de calcul des coûts:

  • la méthode des coûts complets

Cette méthode tend à évaluer le coût complet d’un bien en additionnant les coûts indirects et les coûts directs. Cela permet de déterminer le prix de vente d’un produit en fonction de son coût de revient.

  • la méthode des coûts partiels

Cette méthode tend à vérifier que la marge réalisée couvre les frais fixes de l’entreprise. Elle s’appuie sur les frais variables et sur les coûts spécifiques. Elle permet de calculer la marge et le taux de marge sur coût variable et le seuil de rentabilité.

  • la méthode des coûts directs

Cette méthode anglo-saxonne s’adresse aux entreprises ayant plusieurs activités et/ou commercialisant plusieurs produits. Elle permet d’établir une politique de prix.

  • la méthode ABC

Cette méthode (Activity Based Costing) analyse les coûts en fonction des activités de l’entreprise, en s’appuyant sur la notion de valeur. Elle permet de calculer un coût attribuable.

  • la méthode des coûts cibles

Cette méthode, autrement appelée “target costing”, tend à définir un coût à ne pas dépasser pour rester rentable. Le calcul est basé sur le prix de vente imposé par le marché et sur la marge bénéficiaire prévue par l’entreprise. Cette méthode permet de définir un rapport qualité/prix optimal.

 

Quelque soit la méthode, il sera indispensable de s’appuyer sur un logiciel informatique de comptabilité, voire de faire appel à un cabinet comptable.

 

Pour résumer, la comptabilité analytique s’appuie sur la comptabilité générale afin d’analyser les performances économiques d’une entreprise.C’est en cela qu’elle représente un outil de pilotage et d’aide à la décision indispensable à tout dirigeant.

Sujets associés

Left
Right
Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 35 ans
560 000
clients
600
collaborateurs