Rechercher

Votre article a bien été ajouté au panier

Temps de lecture
5 minutes

Loi AGEC (anti-gaspillage) : les 3 étapes pour mettre son magasin en conformité

Tous les commerçants français en ont probablement entendu parler, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) est entrée en vigueur le 1er janvier 2022. Ces nouvelles mesures impactent évidemment le secteur du commerce. Voici les 3 étapes incontournables pour vous mettre en conformité et aborder ces évolutions légales sereinement.

ebp-image-blog-loi-anti-gaspillage-bd-286181563

Étape 1 : s'équiper des bons outils

Mesure phare de la loi, la dématérialisation des tickets de caisse change fondamentalement les organisations. L’utilisation d’une caisse enregistreuse semble donc être compromise, au profit des logiciels de caisse. Cependant, le chemin ne s’arrête pas là ! Il vous faudra également établir un “cahier des charges” des indispensables pour permettre l’envoi du ticket : stockage des données clients (dont l’adresse e-mail) et gestion de la protection des données. Assurez-vous que la solution que vous choisirez vous permettra de gérer ces deux aspects simplement.

 

Dans la continuité de cette mesure, et pour capitaliser sur l’investissement que représente ce logiciel de caisse, nous vous conseillons également de pousser votre démarche de dématérialisation à d’autres aspects de la gestion de votre commerce. Vous pouvez par exemple en profiter pour moderniser vos campagnes commerciales (soldes, offres promotionnelles, etc.) en faisant évoluer vos canaux de communication vers l’email ou le SMS.

 

Autre aspect que vous pouvez digitaliser : la gestion de vos programmes de fidélité. Finie la carte de fidélité tamponnée à chaque passage et finie la nécessité d’investir dans un stock de cartes plastiques à distribuer à vos clients. Vous stockez directement dans votre solution ces données et proposez, en plus, une expérience utilisateur fluide et optimisée.

 

Tous ces changements peuvent vous sembler difficiles à appréhender, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel de l’intégration afin de choisir et déployer sereinement votre solution de caisse.

 

Étape 2 : réorganiser ses processus

Deuxième mesure impactante pour le secteur en faveur de l’économie circulaire : le renforcement de la lutte contre le gaspillage alimentaire et l’interdiction de détruire les invendus non alimentaires.

 

Aller un peu plus loin dans les mesures anti gaspillage

En France, les pertes et gaspillages alimentaires représentent 10 millions de tonnes de produits par an, soit une valeur commerciale estimée à 16 milliards d’euros. Dans notre monde actuel où les questions de l’épuisement des ressources, de l’inégalité d’accès aux produits de base et de la surproduction de déchets sont plus que jamais au cœur des préoccupations, il est grand temps de mettre un coup d’accélérateur sur la lutte contre le gaspillage. Et c’est bien l’objectif du gouvernement qui renforce ses attentes envers les industriels et la grande distribution en leur imposant une réduction de 50% de leur gaspillage alimentaire d’ici 2025 (en prenant 2015 pour année de référence).

 

Les organisations du commerce n’auront donc plus le choix que de se mettre en ordre de marche et de s’organiser de manière à valoriser leurs invendus alimentaires. Autre axe d’amélioration pour répondre à ces objectifs : une meilleure gestion des stocks. Qui dit moins de stocks superflus, dit moins de gaspillage. Des actions d’optimisation pourront donc les aider à mettre en application ces nouvelles mesures.

 

Organiser la valorisation des invendus non-alimentaires

Première mondiale dans le domaine, la loi AGEC instaure l’interdiction de destruction des invendus non alimentaires afin d’encourager le don en faveur des associations de lutte contre la précarité et des structures de l’économie sociale et solidaire. La mesure est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2022 pour les produits couverts par un régime REP (responsabilité élargie du producteur) et entrera au plus tard le 31 décembre 2023 pour les autres produits.
Certaines grandes enseignes ont d’ores et déjà intégré ces nouvelles pratiques, parmi lesquelles on peut citer Fnac, Darty ou Ikea par exemple, qui ont fait le choix de revendre à prix cassé leurs invendus.

Les commerçants seront donc amenés à revoir l’organisation de leur process de gestion des invendus afin de pouvoir répondre à ces nouvelles dispositions (espace de stockage, espace de revente dédié, contact avec des associations, etc.). Et cette mesure ne concerne pas que les magasins spécialisés, les produits cosmétiques, d’hygiène, le prêt-à-porter… le rayon d’application est vaste !

 

 

Étape 3 : former ses équipes

Nous l’avons vu, ces nouvelles mesures vont engendrer un certain nombre de changements dans les organisations. Pour que leur mise en place se fasse sereinement, il est primordial pour vous d’accompagner vos équipes.
N’hésitez pas à mettre en place toutes les actions nécessaires :

  • Formation sur les outils internes (nouveaux ou non)
  • Bonnes pratiques dans le point de vente (tri sélectif, gestion des invendus, généralisation du ticket dématérialisé, etc.)
  • Argumentaires sur les bénéfices écologiques et les bénéfices pour les clients

La conduite du changement est un métier à part entière, ne lésinez pas. Objectif : embarquer vos collaborateurs afin qu’ils deviennent ambassadeurs des nouvelles dispositions de la loi.

 

 

Étape bonus : communiquer à ses clients

La mise en conformité de votre commerce va demander un certain nombre de mesures, il est impératif pour vous de capitaliser sur ces changements pour véhiculer une image éco-responsable auprès de votre clientèle.
La transition écologique et la prise de conscience des français prend de l’ampleur. Une étude réalisée par le Boston Consulting Group en mai 2020 révèle que 73% des Français interrogés pensent que les considérations environnementales devraient être au moins autant, voire davantage, priorisées que les considérations économiques dans le plan de relance. Vos clients seront donc sûrement sensibles à votre démarche, ce qui peut assurément renforcer leur attachement à votre enseigne.

Par ailleurs, certaines mesures que vous allez prendre peuvent directement les impacter (nouveau mode de gestion de votre programme de fidélité, nouveaux canaux de communication, etc.). Il est donc important, comme vous allez le faire en interne, de leur communiquer ces changements, afin qu’ils y adhèrent rapidement et sereinement.

 

La loi AGEC annonce ainsi le démarrage d’une nouvelle ère tournée vers l’économie circulaire, la transition écologique et la lutte anti gaspillage. De nombreuses nouvelles mesures peuvent impacter votre commerce, au-delà de la dématérialisation des tickets de caisse. Nous vous conseillons de prendre le train en marche (si ce n’est pas déjà fait !) afin de ne pas vous retrouver dépassé.

Vous pouvez noter cet article !

Sélectionnez votre étoile.

Note moyenne 2.3 / 5. Nombre de votes : 3

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Articles similaires

Left
Right
Left
Right

Nous recherchons votre contenu...

Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 35 ans
560 000
clients
600
collaborateurs