Logo EBP
Rechercher

Votre article a bien été ajouté au panier

Temps de lecture
10 minutes

Comment analyser les indicateurs clés pour pérenniser votre entreprise ?

Selon le cabinet Deloitte (1), les entreprises qui mesurent régulièrement leurs indicateurs de performance clés (Key Performance Indicator – KPI en anglais) ont une probabilité 30 % plus élevée d’atteindre leurs objectifs financiers que celles qui ne le font pas. Ils fournissent une vision claire de la santé de l’entreprise et favorisent une meilleure prise de décision stratégique. Explorons ensemble comment choisir les indicateurs pertinents pour votre entreprise et interpréter les résultats obtenus.

1. Qu’est-ce qu’un KPI ?

Les KPI sont des mesures quantifiables qui permettent de mesurer la performance de l’entreprise par rapport à ses objectifs et ses attentes. Ils peuvent être utilisés pour évaluer la performance de l’entreprise dans des domaines clés tels que la satisfaction des clients, la productivité, la rentabilité, etc.

2. Choisir les KPIs pertinents pour son entreprise

Selon l’audit réalisé par Sitel Group en 2022, 25 % des entreprises ne mesuraient toujours pas la satisfaction de l’entreprise. Et pour celles qui le faisaient, elles abordaient le sujet de manière passive.

Le choix des KPI pertinents pour son entreprise est crucial pour l’analyse et l’interprétation des résultats. Il est important de choisir des indicateurs qui reflètent les objectifs et les attentes de l’entreprise, ainsi que les indicateurs clés du marché. Par exemple, si l’entreprise opère dans le secteur de la vente au détail, les KPI liés aux ventes, à la rentabilité et à la satisfaction des clients seront pertinents.

 

Pour choisir les KPI appropriés, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs :

  • Les objectifs de l’entreprise : les KPI doivent être alignés sur les objectifs à long terme de l’entreprise. Vous pouvez par exemple vous aider de la méthode SMART pour les déterminer de façon structurée et efficace !
  • Les attentes des parties prenantes : les KPI doivent répondre également répondre aux besoins des actionnaires, des clients, des employés, etc.
  • Les indicateurs du marché : les KPI doivent être choisis en fonction des tendances et des performances des concurrents sur le marché.

 

Une fois que vous avez identifié les indicateurs appropriés pour votre entreprise, il est important de définir des objectifs spécifiques et de suivre régulièrement les performances pour mesurer les progrès et les écarts.
Selon Tool Advisor, il existe plusieurs catégories de KPIs utilisées par les entreprises pour parvenir à s’y retrouver. Elles sont réparties comme suit :

  • Les KPI indispensables : le Chiffre d’affaires (CA), le Retour sur investissement (ROI), le Coût d’acquisition client (CAC)…
  • Les KPI marketing : le nombre de leads, le taux de rebond, le temps passé par page
  • Les KPI financiers : la marge brute, l’Excédent Brut d’Exploitation (EBE)…
  • Les KPI du service client : le Net Promoter Score (NPS), le Taux de satisfaction (CSTAT)
    etc.

 

Vos KPIs vont ainsi dépendre des objectifs que vous vous êtes fixés, et ce, pour chaque équipe, en plus de ceux globaux à l’entreprise.

 

 

Voici une liste non exhaustive des KPIs à prendre en compte pour mesurer la performance de votre activité :

  • Chiffre d’affaires (CA) : le chiffre d’affaires est le montant total des ventes réalisées par l’entreprise sur une période donnée. C’est un indicateur incontournable, car il permet de mesurer la performance générale de l’entreprise et de voir si elle atteint ses objectifs de vente. Le CA idéal est déterminé en fonction des objectifs annuels fixés par l’entreprise.
  • Marge brute : la marge brute est la différence entre le chiffre d’affaires et le coût des biens vendus. Elle mesure la rentabilité de l’entreprise sur la vente de ses produits. Théoriquement, il n’y a pas de taux de marge idéal. En revanche, il est conseillé d’avoir un taux élevé pour être rentable, sans l’être trop pour autant.
  • Coût d’acquisition de client (CAC) : le coût d’acquisition de client est le montant dépensé par l’entreprise pour acquérir un nouveau client. Il contribue à évaluer l’efficacité des stratégies marketing de l’entreprise.
  • Taux de conversion : le taux de conversion est le pourcentage de visiteurs d’un site web qui effectuent une action souhaitée, comme l’achat d’un produit ou l’inscription à une newsletter. Il permet d’estimer l’efficacité de la stratégie de conversion de l’entreprise. Selon Wordstream, un bon taux de conversion se situe aux alentours de 2.35%, mais celui-ci tend à varier en fonction de la performance de l’entreprise. Plus la performance est rentable, plus le taux sera élevé.
  • Rentabilité nette : la rentabilité nette est le bénéfice net de l’entreprise après déduction de toutes les dépenses. Elle détermine principalement la performance globale de l’entreprise et sa capacité à générer des profits.
  • Endettement : l’endettement mesure la quantité de dettes de l’entreprise par rapport à ses actifs. Il est important de surveiller cet indicateur pour s’assurer que l’entreprise est en mesure de rembourser ses dettes et de maintenir sa solvabilité.
  • Taux de productivité : le taux de productivité mesure la quantité de travail effectuée par un employé ou une équipe par rapport au temps et aux ressources utilisées. L’objectif est d’évaluer l’efficacité de l’entreprise dans la réalisation de ses tâches.
  • Niveau de satisfaction des employés : le niveau de satisfaction des employés (ou eNPS, le Net Promoter Score interne) mesure le degré de satisfaction des employés à l’égard de leur travail et de leur environnement de travail. C’est un indicateur essentiel à toute entreprise, car il peut avoir un impact sur la productivité et la qualité du travail.
  • Taux de croissance : le taux de croissance mesure la variation du chiffre d’affaires ou du bénéfice net de l’entreprise sur une période donnée. Il est capital de l’inclure pour comprendre la dynamique de l’entreprise et son potentiel de croissance future.
    Tous les indicateurs présentés sont des mesures clés pour évaluer la performance et la santé financière de l’entreprise. Ils permettent également de déterminer les domaines où des améliorations sont nécessaires et de mettre en place des actions correctives pour assurer la pérennité de l’entreprise.

En voici un exemple : vous êtes un commerçant qui vend son chocolat fait maison en ligne. Voici les KPI qu’elle peut choisir pour mesurer la performance de vos ventes :

 

Vos objectifs d’ici à la fin de l’année 2023 :

  • Augmenter votre chiffre d’affaires de 10 %
  • Vendre 100 unités/jour
  • Obtenir 50 nouveaux clients

 

Vos KPI à mesurer par mois, pour avoir une évaluation précise :

 

Les KPI indispensables

  • Les ventes : c’est l’un des KPI les plus importants pour mesurer la performance d’un artisan chocolatier. Il peut mesurer les ventes totales, les ventes par produit ou par catégorie de produits, ou encore les ventes par canal de distribution (en ligne, en magasin, etc.).
  • La marge bénéficiaire : la marge bénéficiaire mesure la différence entre le coût de production des chocolats et le prix de vente. Elle permet de mesurer la rentabilité de l’entreprise.
  • Le coût d’acquisition client : le coût d’acquisition client mesure le coût de la publicité, du marketing et des autres activités de vente nécessaires pour acquérir un nouveau client. Cela permet de mesurer l’efficacité des campagnes de marketing et de publicité.

 

Le KPI marketing

  • Le taux de conversion : le taux de conversion mesure le pourcentage de visiteurs qui effectuent un achat. Ce KPI peut aider à identifier les points de blocage dans le parcours client et à améliorer la performance du site web ou de la boutique physique.

 

Les KPI du service client

  • La satisfaction client : on peut utiliser ici le CSTAT pour mesurer le niveau de satisfaction des clients par rapport aux produits et services de l’artisan chocolatier. Cela peut aider à améliorer la qualité des produits et des services et à fidéliser les clients existants.
  • Le taux de rétention des clients : le taux de rétention des clients mesure le pourcentage de clients qui continuent à acheter des produits auprès de l’artisan chocolatier après leur premier achat. Cela peut aider à mesurer la fidélisation des clients et à identifier les clients les plus fidèles.

 

3. Analyser et interpréter les résultats des KPI

Une fois que les KPI pertinents ont été choisis, il est temps d’analyser les résultats. L’analyse des KPI est une étape cruciale pour mesurer la performance de votre entreprise et prendre des décisions éclairées. Elle doit être effectuée régulièrement pour surveiller la performance de l’entreprise et identifier les domaines à améliorer.

Les étapes clés pour analyser les résultats des KPI :

  • Comparez les résultats avec les objectifs : comparez les résultats obtenus de vos KPI avec les objectifs que vous vous êtes fixés. Si vous avez atteint ou dépassé vos objectifs, c’est un signe positif. Si les résultats sont inférieurs à vos attentes, vous devez enquêter pour comprendre pourquoi.
  • Analysez les tendances : analysez les tendances des KPI sur plusieurs périodes pour détecter les tendances à la hausse ou à la baisse. Si un KPI est en baisse, cherchez les raisons de cette baisse et prenez des mesures pour y remédier. Des outils comme Google Alerts, Google Trends ou Synthesio vous permettront de collecter des données sur les tendances du marché
  • Identifier les causes profondes : si les résultats des KPI sont inférieurs aux attentes, il est nécessaire d’identifier les causes profondes de la baisse des performances.
  • Évaluez les corrélations : évaluez les corrélations entre différents KPI. Par exemple, si vous constatez une augmentation des ventes, cela devrait entraîner une augmentation des bénéfices. Si ce n’est pas le cas, il peut y avoir un problème quelque part qui doit être résolu.
  • Identifiez les causes sous-jacentes : identifiez les causes sous-jacentes de toute variation ou tendance. Cela peut inclure des facteurs externes tels que des changements dans le marché ou la concurrence, ainsi que des facteurs internes tels que des problèmes de production ou de qualité.
  • Prenez des mesures correctives : prenez des mesures correctives pour améliorer les résultats des KPI. Cela peut inclure des modifications des processus, des stratégies ou des budgets pour améliorer les performances.

 

N.B : l’analyse des résultats des KPI nécessite une évaluation approfondie et une compréhension de leur signification et de leur contexte. Les données de KPI doivent être utilisées pour orienter les décisions et les actions de l’entreprise, et non pour simplement les mesurer.

Une fois que votre analyse est terminée, il est fondamental de les interpréter correctement pour prendre des décisions éclairées. L’interprétation doit se concentrer sur la compréhension des raisons derrière les tendances et les écarts. Par exemple, si les ventes ont diminué, il est important de comprendre pourquoi cela s’est produit. Cela peut être dû à une baisse de la demande, à une concurrence accrue, à des problèmes de qualité des produits, etc.

4. Mettre en place des actions correctives

Une fois que vous avez analysé et interprété vos KPI (indicateurs clés de performance) et que vous avez identifié des écarts entre les performances réelles et les performances cibles, il est temps de mettre en place des actions correctives pour améliorer la situation.

 

Voici quelques actions que vous pouvez envisager :

  • Définissez des objectifs : Définissez des objectifs spécifiques et mesurables pour chaque KPI concerné afin de vous donner un point de référence pour mesurer vos progrès. Un exemple ? Pensez vos objectifs SMART : pour être sûr de ne pas vous tromper, chacun de vos objectifs doit être Spécifique, Mesurable (avec les KPI), Atteignable, Réaliste et Temporellement définis.

Vous voulez en savoir plus sur la méthode SMART ? Retrouvez tout le détail dans notre livre blanc !

  • Élaborez un plan d’actions : Élaborez un plan d’action détaillé pour chaque objectif, y compris les étapes à suivre, les responsabilités et les délais pour chacune des actions à mener.
  • Affectez les ressources nécessaires : Affectez les ressources nécessaires pour mettre en place les actions correctives, que ce soit en termes de personnel, de budget ou de temps.
  • Mettez en place des indicateurs de suivi : Mettez en place des indicateurs de suivi pour mesurer les progrès réalisés par rapport aux objectifs fixés. Cela vous permettra de savoir si les actions correctives mises en place sont efficaces ou si des ajustements sont nécessaires. Par exemple, si vous publiez sur les réseaux sociaux, il faudra a minima mesurer le nombre d’impressions, le nombre d’interactions (clics, réactions, commentaires, partages, enregistrements…) et le taux d’engagement. Si vous réalisez une campagne d’emailing, il faudra plutôt surveiller le taux d’ouverture de votre e-mail, le taux de clic ou encore le taux de désabonnement. Chaque action aura ainsi a minima 2-3 KPI attribués pour mesurer son efficacité.
  • Suivez et ajustez : Suivez régulièrement vos KPI et vos actions correctives, et ajustez votre plan si nécessaire pour garantir que vous atteignez vos objectifs à long terme.

 

Prenons un exemple : vous souhaitez améliorer votre présence sur les réseaux sociaux. En tant que commerçant ou artisan, vous vous savez concernés par la facture électronique. Vous avez donc publié un article sur LinkedIn, pour expliquer à vos clients comment fonctionne le circuit d’une facture électronique.

 

Vous avez choisi de mesurer 3 KPI :

  • Le nombre d’impressions : le nombre de vues totales de votre post
  • Le nombre d’interactions : la somme des clics, des réactions, des commentaires, des partages, etc.
  • Le taux d’engagement : il mesure le niveau d’engagement des abonnés par rapport à un post.

 

Malheureusement, le résultat n’est pas au rendez-vous avec les KPI mesurés :

  • Impressions : <500, pour une moyenne de 1 000/post
  • Interactions : <30 pour une moyenne de 50/post
  • Taux d’engagement : <2 % (2) pour un taux moyen de 5 %/post

 

Une solution ? Recycler votre contenu, en poussant l’article sous forme de carrousel, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

En effet, le carrousel est un des contenus les plus engageants sur LinkedIn, car il est plus “vivant” et incite à l’interaction : il faut faire défiler les images pour avoir accès à l’information, et il est téléchargeable !

 

Vous l’aurez compris, les indicateurs clés de performance ne sont pas justes une question de “mesure”. Les indicateurs permettent aux dirigeants d’obtenir une vue d’ensemble de la santé financière de l’entreprise et de comprendre les tendances clés qui peuvent impacter la performance à court et long terme. En utilisant les indicateurs appropriés, vous pouvez prendre des décisions éclairées en matière de stratégie, de gestion des risques et d’allocation des ressources pour garantir la croissance et la viabilité de votre entreprise.

 

Cependant, il est important de se rappeler que les indicateurs ne sont qu’un outil et que leur interprétation doit être faite avec soin, en tenant compte de la complexité et de la nature spécifique de chaque entreprise. Veillez à continuellement surveiller et ajuster l’analyse des indicateurs pour vous adapter aux changements dans votre environnement et vous assurer une pérennité à long terme.

(1) Étude Deloitte (2018) – « Global Human Capital Trends »
(2) N.B : si votre taux d’engagement est faible, cela ne signifie pas que le post est forcément mauvais. Sachez que plus la taille de votre audience augmente, plus le taux diminue.

Vous pouvez noter cet article !

Sélectionnez votre étoile.

Note moyenne 3 / 5. Nombre de votes : 4

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Abonnez-vous à notre Newsletter
Recevez nos meilleurs conseils en gestion d'entreprise

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Articles similaires

Left
Right
Left
Right

Nous recherchons votre contenu...

Left

Parlons de votre projet !

Expert
depuis 40 ans
108 000
entreprises sous abonnement
650
collaborateurs